jeudi 19 oct 2017

La location de voitures face à une enquête sur la concurrence

La location de voitures face à une enquête sur la concurrence

Après une déclaration d’Europcar, les contrôleurs de la concurrence se sont intéressés de très près aux pratiques de plusieurs entreprises. Proposant des prix beaucoup plus bas que les autres, le but est d’attirer un maximum de clientèle au détriment des autres agences dans le domaine.

Une manœuvre interdite par la loi

europecarsSi elle peut paraître légitime de prime abord pour offrir le meilleur rapport entre qualité et prix, il est important de savoir que tous les prix répondent à une réglementation sur la concurrence entre professionnels. Il a pu être constaté que ces prestataires de locations de voitures ne respectent absolument pas les règles du jeu.

Les loueurs concernés risquent d’écoper d’amendes très importantes car l’Autorité des Marchés veut faire comprendre que ce type de procédés est strictement interdit en France, quelles que soient les raisons invoquées. Pour l’heure, il leur a été expressément demandé de revoir leurs tarifs ou de suspendre leurs activités le temps que l’enquête soit finie, faute de quoi l’amende pourrait être plus importante.

Six entreprises de locations dans le collimateur

europecarMême si Europcar a elle-même décidé d’ébruiter l’affaire, elle n’est pas la seule visée. Il s’agit du message qu’elle souhaitait faire passer pour ne pas ternir complètement son image car Avis Budget, Hertz, Citer, Sixt et Ada sont concernés par cette affaire.

Le point qui a alerté l’Autorité des Marchés est la différence de prix aux abords des gares et des aéroports avec un prix plus élevé que dans les autres agences du même groupe.

Il est évident que les usagers d’une même entreprise doivent pouvoir payer le même prix quel que soit l’endroit où la location a lieu. Il n’est pas possible de payer un surplus à un endroit en profitant du besoin plus grand dans ces lieux stratégiques.

Des preuves ont été récoltées sur la période de 2005 à 2008 pour les gares et de 2003 à 2008 pour les aéroports, ce qui laisse suffisamment de possibilités de faire gonfler l’amende que chacun de ces groupes va devoir payer pour manouvre anti-concurrentielle.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !