jeudi 19 oct 2017

Premiers regards sur la Macron Economie

Premiers regards sur la Macron Economie

Depuis que M. Macron a été nommé en tant que ministre de l’économie en France, les passions se déchaînent et pour cause. Il n’est pas habitué à suivre les règles établies sans un but précis et a su faire ses armes auprès d’entreprises prestigieuses. Sa réussite est due à son travail, son intuition, sa capacité à remettre en question et son travail sur l’économie française devrait amener des changements majeurs.

Un électron libre

Macron Economie

Redouté par tous les gouvernements, le ministre Macron est un personnage ambitieux et qui a été convoité par de nombreuses formations politiques. Homme clairvoyant, il est très critique par rapport aux mesures prises dans plusieurs domaines. Son objectif est donc d’aller plus loin pour engager des réformes franches et se défaire de l’habitude française de n’aller qu’à l’essentiel et donc de rester insuffisant.

Capable d’indiquer au gouvernement les mesures qui semblent très mal pensées, il devient un bras droit solide, honnête et qui a conscience que le mode de fonctionnement de la gauche n’est pas viable à long terme. Fermement décidé à faire partie du mouvement pour relancer la France, il faudra compter sur ses analyses sans langue de bois pendant sa présence à Bercy.

Un état d’esprit français remis en cause

Franchise spécialiséeLe premier défaut de l’économie française et qu’elle a l’habitude de prôner l’égalité. Ce principe a beau être intéressant, il empêche forcément l’élite d’être reconnue à sa juste valeur. Ceci a pour conséquence une perte des meilleurs éléments au profit des pays étrangers où les réalisations personnelles reprennent leur sens.

En voulant instaurer une égalité des chances, la France a oublié de mettre en lumière ces personnes douées, passionnées qui ont su réussir grâce à leur travail et qui auraient pu constituer un exemple pour toute une génération. La motivation ne naît pas dans une espèce d’égalité mais bel et bien par l’envie d’en faire plus.

Le journalisme actuel est également perçu comme un fléau car le mode de communication choisi est toujours négatif, entraînant les lecteurs dans une morosité ambiante. Peu de compréhension de la nécessité de revoir complètement le modèle économique français n’est visible grâce à ce moyen de communication. Les conséquences sont importantes car la population, logiquement, ne croit plus en les capacités de son pays alors qu’une autre attitude de la part de la presse permettrait de croire ensemble en un projet commun pour l’avenir.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !