samedi 18 nov 2017

Remise en question des projets d’expansion du TGV

Remise en question des projets d’expansion du TGV

Dans un contexte de crise économique où chaque pays cherche à freiner son déficit, la France ne fait pas exception. Dans ce cadre, une recherche d’équilibre des finances publiques est particulièrement active. Dans ce contexte, certaines dépenses n’apparaissent plus comme indispensables autant pour leur coût que pour leurs conséquences.

Le coût de la construction

L’Etat se penche en effet sur le projet du TGV épinglé par la Cour des Comptes. Celui-ci avait été initialement instauré pour le développement des transports conseillé par le Grenelle de l’environnement. Cependant, les quatorze nouvelles lignes prévues d’ici 2020 avec la mise en place de 2000 kilomètres supplémentaires de réseau ferroviaire à grande vitesse constitueraient une dépense de 260 milliards d’euros.

Si une grande partie de cette somme fait partie du budget alloué au secteur transports, 166 milliards incombent au domaine développement du pays et la Cour des Comptes préconise d’abandonner certains projets qui pourraient mettre l’économie du pays en péril.

Le ministre délégué des Transports, Frédéric Cuvillier, souhaite pour sa part que les engagements pris soient poursuivis car trois des quatorze lignes prévues sont déjà en cours. La Cour des Comptes insiste néanmoins sur l’impératif de repenser aux lignes qui n’ont pas encore été lancées, estimant que les nécessités en aménagement du territoire et la croissance que peut apporter l’essor de ce moyen de transport est trop faible par rapport à l’investissement imposé et qu’il ne doit pas constituer une priorité compte tenu de la conjoncture actuelle. Pour celle-ci, il faut doser avec parcimonie chaque mesure prise si on veut équilibrer durablement l’économie française.

Les conséquences du projet

Hormis les conséquences directes sur l’économie française, l’attention est largement portée sur les conséquences pour le marché du travail, déjà largement malmené. En effet, la multiplication des dernières lignes TGV a généré une concurrence trop forte pour les autres compagnies de transport telles que Air France ou KLM qui ont du faire face à des plans sociaux et réduire leurs effectifs.

De plus, la Cour des Comptes met l’accent sur le fait que le projet mené par l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, considérait que cet essor ferroviaire serait pris en charge pour un tiers par les collectivités territoriales. Cette proportion est jugée beaucoup trop importante pour des organismes dont les ressources sont vouées à plusieurs projets. Le projet transport pourrait sérieusement handicaper le budget des collectivités territoriales alors que le profit apporté aux même collectivités par cette restructuration  ne peut être réellement estimé.

Enfin, une telle mesure pourrait avoir un impact direct sur l’économie avec l’impossibilité de réduire le déficit et de réaliser l’objectif établi à savoir d’obtenir un déficit du PIB à 4, 4 % pour la fin de l’année. La Cour des Comptes encourage donc vivement à repenser l’ensemble du projet.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !