mercredi 18 oct 2017

Twitter révèle que la Russie a vraiment tenté d’influencer les élections présidentielles américaines

Twitter révèle que la Russie a vraiment tenté d’influencer les élections présidentielles américaines

Après Facebook, c’est au tour de Twitter de sortir du placard concernant l’affaire qui implique la Russie et les élections présidentielles américaines de 2016. Le réseau social au petit oiseau confirme l’implication de Moscou dans la course à la Maison Blanche. Il sait très bien de quoi il parle, car le gouvernement russe aurait eu recours à plusieurs milliers de tweets promotionnels pour tenter d’influencer la tournure des élections. Détails.

Twitter avoue son implication

Cela fait des mois que les plateformes de réseau social sont pointées du doigt et accusées d’avoir été utilisées par la Russie pour influencer les dernières présidentielles américaines. Le Congrès américain avait d’ailleurs ouvert une enquête, en collaboration avec un procureur spécial. Les investigations sont toujours en cours, et cet aveu de Twitter pourrait bien servir de piste.

Ce jeudi 28 septembre, le réseau social a admis que sa plateforme a été utilisée pour diffuser des tweets promotionnels de la part de médias russes. Twitter a notamment révélé que la chaine de télévision Russia Today aurait financé près de 1 800 posts de ce genre l’année dernière.

Presque 2 000 tweets promotionnels

Selon les explications de Twitter, postées sur son blog officiel, « Russia Today a dépensé 274 000 dollars en contenus sponsorisés aux États-Unis en 2016. […] Ses trois comptes Twitter ont fait la promotion de 1 823 tweets qui visaient de façon certaine ou probable le marché américain.

Ces campagnes ciblaient des utilisateurs abonnés à des comptes de médias traditionnels et mettaient essentiellement en avant des tweets concernant l’actualité ». Un témoignage très embarrassant pour Moscou qui avait toujours nié les faits, peu importe les preuves apportées.

Moscou rejette les accusations

Toutes les preuves s’accumulent contre Moscou qui continue cependant de clamer son innocence dans toute cette histoire. Pourtant, Facebook avait également révélé avoir découvert plusieurs comptes fake ouvert depuis la Russie qui ont acheté plusieurs espaces publicitaires sur la plateforme dans le but d’y publier des messages politiques. Tout cela pendant la période des élections présidentielles américaines. Le principal accusé continue cependant de tout nier en bloc.

Pour ce qui est de Twitter, le réseau social a déposé son témoignage et les preuves qui vont avec auprès des commissions d’enquête du Sénat et de la Chambre des représentants. Affaire à suivre.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !