Les primo-accédants vivent mieux qu’avant

Les primo-accédants vivent mieux qu’avant

Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions d'entreprise (Google, Apple, Facebook, Amazon...), des matières premières (pétrole, or, argent...), les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN...) 💱💸

👉 S'inscrire gratuitement sur la plateforme de trading social eToro 👈

Une étude menée par le site Cafpi et en partenariat avec l’Ifop analyse la situation des primo-accédants. Résultat, ils sont légèrement plus riches et plus âgés qu’en 2007. Mais ils s’endettent également plus pour acheter un bien plus petit.

Après des années difficiles, le marché immobilier a surmonté ses épreuves et affiche désormais une bonne santé salutaire. Les taux d’intérêt ont atteint des niveaux historiquement bas – malgré quelques frémissements ces dernières semaines – et les prix des logements sont plus bas qu’il y a un an. Des conditions idéales pour permettre un retour en force des primo-accédants.

immo

S’ils représentaient 47% des transactions en 2007 et 55% en 2010, ils n’étaient plus que 34% en 2014. En temps de crise, les primo-accédants sont souvent les premiers à être touchés et particulièrement les plus modestes (ouvriers, employés…). À l’opposé, la part des cadres supérieurs et des professions libérales est passée de 19 à 24%.

Plus riches mais plus endettés

En 2007, la moyenne d’âge des primo-accédants était de 32 ans. En 2014, elle est passée à 34 ans. La majorité vit en couple avec un enfant. Alors qu’ils touchaient en moyenne 35 159 euros de revenus annuel, ils émargent désormais 41 901 euros, soit une hausse de 20% en 8 ans. En parallèle, l’emprunt moyen est passé de 150 270 euros à 168 400 euros ; mais sur une durée plus courte, 19,5 ans contre 22,75 en 2007. Même constat pour la surface, qui est plus petite en 2014 : 69 m2 contre 85 m2 en 2007.

Sylvia Pinel

La bonne santé du marché doit aussi sa renaissance à la réussite de la loi Pinel 2015. L’incitation à l’investissement locatif a fonctionné et les constructions de logements sont reparties à la hausse. D’une certaine manière, le dispositif Pinel a rattrapé les erreurs de l’ancienne ministre du Logement, Cécile Duflot. La conjonction des deux phénomènes – retour des primo-accédants et augmentation des logements disponibles à la location grâce à la loi Pinel – permet d’être optimiste pour l’année 2016.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !

S'inscrire gratuitement sur eToro