Pénurie de bucherons en France : faut-il réinvestir dans la filière du bois ?

Pénurie de bucherons en France : faut-il réinvestir dans la filière du bois ?

Trader en toute simplicité avec eToro

💸 Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions
(Google, Apple, Facebook, Amazon...), des matières premières (pétrole, or, argent...),
les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN...) 💱

👉 Lire notre avis sur eToro 👈

Le trading présente un risque pour votre capital. Des frais peuvent être appliqués sur d’autres actifs. Pour plus d’infos, consultez cette page.

Depuis le début de la crise sanitaire, le phénomène de pénurie touche de nombreux secteurs d’activité. Elle concerne aussi bien des produits que des services, mais ce que l’on sait moins en revanche, c’est qu’elle concerne la main-d’œuvre. C’est le cas dans la filière du bois. Aujourd’hui, si les matériaux se raréfient, c’est parce qu’il manque aussi du personnel pour la coupe. 

La raréfaction des bucherons, un phénomène d’actualité

Si aujourd’hui nous entendons beaucoup parler des bucherons, c’est parce que le Canada souffre aussi d’une pénurie. Celle-ci se répercute sur l’exportation des sapins de Noël. Beaucoup d’entre nous se sont demandé si nous allions pouvoir en trouver pour la période des fêtes.

Heureusement, la France en produit beaucoup et les réseaux ont été alimentés correctement. Néanmoins, la situation a permis de pointer du doigt un problème que nous avons en France. Nous aussi, nous manquons de professionnels

Bucheron : un métier aux mille facettes

La profession de bucheron s’exerce dans des cadres très différents. C’est important de le préciser, car tous les travaux ne nécessitent pas le même matériel.

Par exemple, pour un bucheron élagueur indépendant qui travaille pour des collectivités territoriales ou pour des particuliers en zone urbaine, périurbaine ou rurale, tous les équipements nécessaires se trouvent chez les spécialistes de matériel d’élagage et de bucheronnage.

En ligne, des fournisseurs proposent du matériel de coupe du bois (tronçonneuses et haches), du matériel de bucheronnage pour le travail en hauteur ou encore des EPI.

En revanche, les exploitants forestiers, les agriculteurs forestiers ou encore les entrepreneurs de travaux forestiers ont besoin d’équipements complémentaires comme les scieries mobiles, les véhicules et tracteurs, les remorques spéciales ainsi que tous les autres appareils qui permettent de transformer le bois sur place par exemple. 

Investir dans la filière du bois en France ?

La France dispose du troisième plus grand parc forestier d’Europe, il est donc nécessaire d’encourager le développement de la profession de bucheron, mais aussi de valoriser cette ressource en exploitant son potentiel. Aujourd’hui, les enjeux de l’investissement dans la filière bois doivent être envisagés sous le prisme de l’exploitation durable et respectueuse de l’environnement.

De plus en plus de consommateurs se tournent vers le bois pour adopter un mode de vie plus écoresponsable. Cela crée une forte hausse de la demande d’utilisation du bois dans de nombreux domaines. Tous les voyants sont donc au vert pour les investisseurs

Consulter notre dossier sur l’investissement dans les matières premières

Trouver un fonds d’investissement

Un fonds d’investissement va permettre d’acheter des parts dans le capital d’une société durant une certaine durée et d’en ressortir en ayant fait une plus-value. C’est le cas du Fonds Développement Filière Bois Foretinvest par exemple. Il a été créé par des investisseurs forestiers et une filiale du Crédit Agricole.

Son objectif est d’encourager la relocalisation des industries du bois. Ces fonds d’investissement attirent des particuliers et des professionnels qui souhaitent faire un placement sur un produit naturel, durable et surtout dans une économie de proximité. 

La filière du bois française a de beaux jours devant elle. Pourquoi ne pas faire partie de l’aventure et investir dans ce secteur pour soutenir les exploitants ?

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !

Lire notre avis sur Etoro