Propriétaire d’une résidence secondaire : comment optimiser votre fiscalité ?

Trader en toute simplicité avec eToro

💸 Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions
(Google, Apple, Facebook, Amazon...), des matières premières (pétrole, or, argent...),
les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN...) 💱

👉 Lire notre avis sur eToro 👈

Le trading présente un risque pour votre capital. Des frais peuvent être appliqués sur d’autres actifs. Cliquez ici pour plus d’infos.

L’optimisation fiscale est un enjeu majeur pour les propriétaires de résidences secondaires. Face à un environnement fiscal en constante évolution, vous devez comprendre les différents leviers à votre disposition pour réduire votre charge. Découvrez donc quelques pistes pour vous aider à réduire vos impôts.

Comprenez votre situation fiscale actuelle

Examinez tout d’abord les impôts locaux. La taxe foncière, payée annuellement par le propriétaire du logement, est calculée en fonction de la valeur locative du bien. Un second impôt (la taxe d’habitation) est potentiellement dû, en fonction de l’usage de la résidence. Il peut être judicieux de faire appel à un conseiller fiscal. Comme vous pouvez le voir si vous cliquez ici par exemple, ce professionnel s’appuie sur des outils numériques puissants pour vous aider à comprendre votre situation actuelle. Il sait par ailleurs anticiper les éventuelles modifications législatives afin d’optimiser vos taxes.

Considérez également le prélèvement forfaitaire unique (PFU), applicable sur les revenus fonciers. Il concerne tout propriétaire louant un bien. La plus-value immobilière réalisée lors de la vente du bien peut quant à elle être soumise à imposition. Celle-ci est normalement exonérée après 22 ans de détention. Des exceptions peuvent néanmoins exister. Enfin, il est préférable d’évaluer si votre résidence secondaire est assujettie à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). C’est le cas si votre patrimoine net taxable dépasse 1,3 million d’euros.

optimisation fiscalité propriétaire résidence secondaire

Explorez les différentes options d’optimisation fiscale

Il existe plusieurs options d’optimisation fiscale pour les propriétaires de résidences secondaires. En voici quelques-unes.

TVA réduite pour vos travaux

Lorsque vous envisagez de réaliser des aménagements dans votre logement, la possibilité de bénéficier d’une TVA à taux réduit est une opportunité à prendre en compte. Pour les propriétaires de résidences secondaires, certains travaux peuvent être éligibles à une TVA à 5,5 % ou 10 % au lieu du pourcentage standard de 20 %. C’est une occasion d’alléger significativement la facture liée à l’amélioration de votre bien. La condition préalable pour profiter de ce dispositif est que l’habitation doit être achevée depuis plus de deux ans. C’est une nuance importante à prendre en compte avant de planifier vos rénovations.

Les ouvrages concernés par cette mesure sont divers. Il peut s’agir d’opérations d’isolation thermique, de modernisation des installations de chauffage, de réhabilitation des sanitaires, etc. Le professionnel qui réalise les opérations doit être chargé de l’achat des matériaux pour que la réduction s’applique. Si vous acquérez directement ces éléments, la TVA standard sera appliquée. Vous avez par ailleurs la possibilité de bénéficier d’une exonération de la TVA. Cette disposition est réservée aux travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements.

Avantages fiscaux liés aux statuts de LMNP et LMP

En optant pour ces statuts, vous pouvez profiter d’allègements fiscaux substantiels. Ces régimes permettent d’amortir le bien immobilier ainsi que les frais en rapport à son acquisition. Pour ce qui est du LMNP, son application est possible si les recettes générées n’excèdent pas 23 000 euros par an ou ne représentent pas plus de 50 % de vos revenus. Le principal atout est qu’il vous autorise à ponctionner de vos loyers l’ensemble des charges liées à la location.

En ce qui concerne le LMP, il est destiné aux propriétaires dont les profits dépassent 23 000 euros et constituent plus de 50 % de leurs gains. Ce statut offre des avantages fiscaux similaires au LMNP, mais avec en plus la perspective de déduire les déficits fonciers de vos autres revenus. Dans les deux cas, l’application de ces régimes exige l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). La location doit être effectuée de manière meublée ; le bien doit être équipé de tout le mobilier nécessaire à une occupation normale.

Facebooktwitterlinkedinmail


Lire notre avis sur Etoro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.