Les différents modes d’investissement immobilier

Les différents modes d’investissement immobilier

Trader en toute simplicité avec eToro

💸 Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions
(Google, Apple, Facebook, Amazon...), des matières premières (pétrole, or, argent...),
les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN...) 💱

👉 Lire notre avis sur eToro 👈

Le trading présente un risque pour votre capital. Des frais peuvent être appliqués sur d’autres actifs. Pour plus d’infos, consultez cette page.

Il existe plusieurs façons d’investir dans l’immobilier. Les placements peuvent tous être rentables à condition de savoir bien s’y prendre. Découvrons quelques types d’investissements que vous pouvez réaliser dans le domaine de l’immobilier.

Les investissements immobiliers à envisager

Investir pour sa résidence principale

Il s’agit là de l’investissement immobilier le plus répandu et sans aucun doute parmi les meilleurs. Cependant, assurez-vous de disposer d’un apport personnel suffisant pour se lancer. Voyez aussi avec votre banque si vous pouvez obtenir le prêt pour financer votre projet d’acquérir votre résidence principale. C’est un investissement rentable dans la mesure où elle vous libère de la location d’appartement ou de maison qu’il faut payer mensuellement.

Vous n’êtes pas sans savoir que les loyers représentent un coût important de nos jours. A la place, vous aurez à rembourser un prêt que vous avez souscrit pour financer l’achat de votre résidence principale. Décaisser pour un bien qui vous permettra de former un patrimoine est plus avantageux que de payer tous les mois pour la location d’un logement qui ne vous appartiendra jamais.

L’investissement locatif

Aujourd’hui, en France, les opportunités pour se lancer dans l’investissement locatif sont nombreuses et variées. Le but principal de ce placement est de former un patrimoine et encaisser tous les mois un revenu conséquent. La rentabilité de ce type d’investissement immobilier est intéressante mais elle varie en fonction de la ville ou le pays où vous avez réalisé votre investissement.

Pour garantir votre investissement, il convient donc de bien choisir la zone où se trouve le bien que vous voulez acquérir : grande ville, campagne, province, etc. Il importe de s’assurer de la viabilité de votre placement immobilier, surtout si vous devez souscrire un crédit pour le financer. En effet, comme avec l’investissement pour acquérir sa résidence principale, pour l’investissement locatif, demander un prêt peut aussi s’avérer nécessaire dans certains cas.

On parle aussi d’investissement en loi Pinel ou l’immobilier pour la défiscalisation dans le cadre de l’investissement locatif. Ce type de placement permet d’alléger votre assiette fiscale en achetant un logement neuf dans le but de le mettre en location. Il s’agit d’un dispositif à long terme dont la durée de fonctionnement s’étend de six à neuf ans, voire douze ans. La défiscalisation est importante dans la mesure où elle vous permettra de faire des économies conséquentes. Néanmoins, pour en profiter, il faut que le bien choisi se trouve dans une zone éligible à la loi Pinel. D’autres conditions sont requises à savoir :

  • Un logement avec un bilan énergétique répondant aux normes en vigueur
  • Le délai d’achèvement est inférieur à 30 mois

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas de consulter les infos sur le Pinel sur Empruntis. Un autre dispositif existe en matière de défiscalisation dans l’investissement locatif : l’investissement en loi Malraux. Tout comme le précédent, il permet de profiter d’une réduction importante d’impôts. Cette réduction d’impôts concerne surtout la somme engagée pour restaurer le logement. A noter que le montant déduit dépend de chaque situation.

achat immobilier

L’investissement via des SCPI

Les SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier sont des sociétés qui permettent d’investir dans l’immobilier à plusieurs. Il s’agit d’un placement immobilier collectif assez répandu actuellement. Les investisseurs au sein d’une SPCI peuvent être des personnes morales ou des personnes physiques. Si beaucoup de gens choisissent aujourd’hui ce type de placement c’est surtout parce qu’ils n’ont pas besoin d’engager autant d’argent. De plus, les risques sont diversifiés. Par ailleurs, il est possible d’intégrer une SCPI avec 5000 euros.

Par contre, ce type d’investissement comporte quand même quelques désavantages dont :

  • L’investissement se fait par groupe donc vous n’êtes pas libre dans le choix du bien à acquérir.
  • Les frais d’entrée, les frais de gestion et les frais de sortie peuvent être conséquents et impacter ainsi sur le rendement de votre placement.

Autres types d’investissement

L’investissement immobilier en OPCI

L’investissement en OPCI ou Organismes de Placement Collectif Immobilier est comparable à celui en SCPI. Le fonctionnement de ces deux types d’investissement est assez proche, néanmoins, l’OPCI présente l’avantage d’être moins rigide. La répartition des fonds est la suivante :

  • Au minimum 60% dans l’immobilier
  • 5% dans des actifs liquides

Les organismes détiennent en général plusieurs biens immobiliers dont la gestion est assurée par des professionnels. Les bénéfices encaissés par les membres dépendent de leur part respectif au sein de l’organisme. Tout comme l’investissement en SPCI, les frais d’entrée, de gestion et de sortie sont non négligeables pour l’investissement en OPCI. Par ailleurs, les rendements locatifs sont réduits en l’absence de locataire.

L’investissement en SCI

Il est possible d’investir dans l’immobilier via une autre société : la SCI ou Société Civile Immobilière. Comment le SPCI et l’OPCI, il s’agit d’une société qui offre la possibilité d’investir dans l’immobilier à plusieurs. Les membres peuvent être des amis, les membres d’une famille, etc. Néanmoins, le nombre des membres ne doit pas être inférieur à deux pour ouvrir une SCI. Les membres sont donc des associés et chacun détient une partie de la société : ils ont chacun une part sociale. A noter que pour monter une SCI, le montant du capital n’est pas défini. Par ailleurs, la société est dirigée par un gérant nommé par les membres. Ils fixent d’ailleurs la durée de son mandat et les rôles qu’il doit assurer au sein de la SCI.

L’investissement par le crowdfunding

On parle aussi de crowdfunding immobilier en matière d’investissement immobilier. Le concept est récent mais il a déjà su gagner le cœur des investisseurs. Grâce à ce type de placement, vous pouvez investir en groupe composé de particuliers. Ainsi, vous contribuez dès 1000 euros aux financements des promoteurs et vous choisissez le projet qui vous plait. Ce qui est intéressant avec le crowdfunding c’est de profiter d’un haut rendement de 7 à 10% net et le retour sur investissement est éphémère (dès 12 mois). Néanmoins, avant d’investir, prenez le temps de vérifier la fiabilité de la plateforme car on n’est jamais à l’abri des arnaques. Assurez-vous qu’elle ait le statut de Conseiller en Investissement Participatif.

L’investissement en viager

Ce type d’investissement est aussi répandu aujourd’hui. Le concept est plutôt simple : vous achetez un bien immobilier en versant mensuellement une rente à son propriétaire. Ainsi, il s’agit d’un investissement composé par deux parties dont l’acquéreur qui est le débirentier et le propriétaire, le crédirentier. Il continue cependant d’occuper les lieux, et ce, sur une longue période, voire jusqu’à ce qu’il décède. Ce type de placement se fait sur le long terme et le plus grand atout est de payer petit à petit le prix total du bien à acquérir. Dès lors, le paiement débute dès la signature de la vente.

L’investissement dans la nue-propriété

Voilà une autre forme de placement dans le monde de l’immobilier : l’achat en nue-propriété. Le concept est tout aussi simple : vous n’êtes pas l’usufruitier ou le propriétaire du bien, vous êtes un acquéreur du bien. En tant qu’acquéreur, vous avez des droits et des obligations. Vous ne pouvez pas occuper le bien ou percevoir produits ou revenus qui découlent du bien placé en location. Il convient de faire la différence entre la propriété et l’usufruit. Dans certains cas, le nu-propriétaire peut céder l’usufruit à un bailleur sur une période déterminée et à la fin le reprendre ou procéder à une nouvelle cession.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !

Lire notre avis sur Etoro