vendredi 17 aoû 2018

Facebook risque de perdre des milliards en bourse

Facebook risque de perdre des milliards en bourse

Facebook pourrait potentiellement perdre 151 milliards de dollars de capitalisation boursière lors de l’ouverture des marchés à la Bourse de New York. Selon un rapport de Bloomberg, la baisse de 24 % de la valorisation des actions de Facebook est susceptible d’être répliquée lors de la session de négociation normale, ce qui amènera sa capitalisation boursière à subir un énorme succès.

Une perte plus que considérable

pertes pour facebook

 

Cette baisse est susceptible d’être la plus grande perte d’une seule journée dans les temps modernes, et sera également la première fois qu’une entreprise perd plus de 100 milliards de dollars en un seul jour de négociation. La grande perte vient après que la société ait rapporté des revenus et des nombres d’utilisateurs plus faibles au deuxième trimestre de 2018.

La première baisse significative a été enregistrée après les grands scandales de confidentialité qui ont frappé le géant américain des médias sociaux et de la publicité. Plus tôt cette année, Facebook a été impliqué dans le scandale Cambridge Analytica, et a pris de grandes mesures pour rendre la plate-forme plus personnelle et sécurisée immédiatement après.

Ces mouvements ont probablement influencé les prévisions de gains ainsi que les nombres d’utilisateurs de Facebook, ce qui a entraîné une réduction de 24 % de la valeur de ses stocks. Alors que la société peut retrouver cette capitalisation boursière au fil du temps, pour l’instant ça vaut beaucoup moins que ça ne l’était.

Les ventes massives de Facebook, qui se sont établies à 20 %, seraient la plus forte baisse de la séance de clôture.

La capitalisation boursière de Menlo Park, en Californie, devrait baisser d’environ 126 milliards de dollars, soit plus de trois fois la valeur de Ford Motor Co. La baisse record précédente était par Intel en septembre 2000, quand il a perdu 91 milliards de dollars en capitalisation boursière. À l’exception d’Exxon Mobil et de General Electric, toutes les autres grandes baisses ont été vécues par des entreprises technologiques, notamment Apple, Microsoft, Alphabet et Amazon.

Des chiffres inestimables

Mark Zuckerberg

Le géant des médias sociaux a annoncé mercredi que le nombre d’utilisateurs actifs par mois (MAU) s’élevait à 2,23 milliards, soit une augmentation de 11 % (en glissement annuel), qui a connu sa plus faible croissance en plus de deux ans.

Facebook a déclaré des revenus de 13,2 milliards de dollars – un gain de 42 %, mais manquant des attentes des analystes de 13,3 milliards de dollars. Il a terminé le trimestre avec 42 $, ce qui équivaut à 3 milliards en espèces.
La plate-forme de médias sociaux a rapporté 5,1 milliards de dollars, soit 1,74 dollar par action, pour le deuxième trimestre.

« Notre communauté et notre entreprise continuent de croître rapidement, nous nous engageons à investir pour assurer la sécurité des personnes et pour continuer à créer de nouvelles façons d’aider les gens à se connecter », a déclaré le PDG Mark Zuckerberg dans un communiqué.

Les revenus publicitaires mobiles ont représenté environ 91 % des revenus publicitaires du deuxième trimestre de 2018, comparativement à environ 87 % des revenus publicitaires au deuxième trimestre de 2017.

Facebook emploie actuellement 30 275 personnes, soit une augmentation de 47 % d’une année à l’autre.

« Nous prévoyons que les taux de croissance des revenus continueront à ralentir au second semestre », a déclaré David Wehner, le directeur financier du groupe.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !