lundi 17 sep 2018

L’immobilier nantais surpasse les grandes villes du sud

L’immobilier nantais surpasse les grandes villes du sud

En début d’année, le quotidien régional français Ouest-France publiait une infographie illustrant l’ascension immobilière de la cité des Ducs de Bretagne.

En effet, selon les données communiquées par le média, la capitale des Pays de la Loire se trouve en bonne position derrière d’autres grandes métropoles pour ce qui est des prix immobiliers.

Si la nouvelle a de quoi réjouir les propriétaires ayant dans l’idée de mettre leur bien vente, elle peut décourager certains primo-accédants en quête de leur résidence principale.

Quels sont les prix immobiliers pratiqués dans la capitale régionale ? Le marché immobilier du neuf permet-t-il de pallier l’envolée des prix de l’ancien ? Pourquoi la ville de Nantes attire-t-elle de plus en plus d’investisseurs ?

Nantes, la ville de l’ouest qui monte

centre-ville-nantes

En matière de prix immobiliers, la ville de Nantes se trouve en cinquième position derrière Nice, Bordeaux, Lyon et Lille et devant Toulouse, Montpellier, Strasbourg et Rennes.

Cependant, ce classement national ne dit rien des nuances de prix qui existent sur le marché nantais. En effet, l’hétérogénéité est la règle et l’emplacement est le critère déterminant concernant la valeur des biens.

Sur le marché de l’ancien en particulier, le quartier le plus abordable est celui de Doulon-Bottière, situé à l’est du centre-ville avec un prix moyen de 2.096 euros du mètre carré, en hausse de 2.4% sur une année. Le quartier révèle une belle répartition de la population : 19% des résidents de la zone ont moins de 15 ans, et les autres tranches d’âge représentent, respectivement, près de 20% (sources : INSEE, Nantes Métropole, AURAN).

Sans surprise, c’est le quartier Centre-ville qui affiche les prix au mètre carré les plus élevé : 3.090 euros, en hausse de 9.9% depuis 2017. L’hypercentre, en particulier, réunit le plus grand nombre et la plus forte proportion de personnes âgées de 15 à 24 ans.

Des logements neufs écologiques

Des logements neufs écologiques

Si le marché immobilier du neuf présente des prix supérieurs à ceux du marché de l’ancien (entre 3.800 euros et 4.580 euros du mètre carré en moyenne), c’est que les prestations sont, elles aussi, plus qualitatives, notamment pour ce qui est des performances énergétiques des logements neufs à Nantes.

Fin 2013, Nantes Métropole et Nantes Habitat inauguraient Le Grand Carcouët, immeuble exemplaire en matière d’économie d’énergie, en présence de tous les acteurs projet (cabinet d’architecture In’Situ, mairie de Nantes, Quille Construction). Situé au bord de la vallée de la Chézine, le bâtiment est l’un des premiers “bâtiment à énergie positive” (BEPOS) construit par un bailleur social nantais.

La caractéristique de tout BEPOS est de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son propre fonctionnement. Aussi, le Grand Carcouët est muni d’une pompe à chaleur, d’un système de récupération des calories des eaux “grises” (eau de l’évier, de la douche, etc), de capteurs solaires ainsi que d’une production autonome d’électricité.

“C’est un projet hors norme à plus d’un titre. Il va permettre à des locataires de se projeter sur des logements neufs, sur un autre confort, une autre qualité de vie, avec des charges très faibles.” – Stéphane Dauphin, directeur général de Nantes Habitat.

À l’extérieur, la structure composée de deux blocs de béton, recouverte d’une ossature de bois, assure la performance thermique. L’adjonction de panneaux photovoltaïque sur le toit de l’immeuble vient parfaire la qualité écologique du Grand Carcouët et lui valent d’être labellisé BBC Effinergie et BEPOS. Le projet s’est vu décerner le 1 er prix du concours d’architecture “bas carbone”, organisé par EDF.

La ville de Nantes développe de nombreux projets urbains avec pour horizon, un immobilier neuf plus vert.

Les atouts de la Loire-Atlantique

transport immobilier nantes

Avec ses 303.382 habitants, en hausse de 6.46% entre 2010 et 2015, la ville de Nantes se présente comme une ville de poids du bassin ouest, devançant même Bordeaux.

Capitale de la Loire-Atlantique et chef-lieu des Pays de la Loire, la cité des Ducs propage son influence bien au-delà des frontières municipales.

En premier lieu, sa position géographique lui confère une réelle attractivité : proximité avec l’océan atlantique (53 minutes en voiture de Pornic), liaison facilitée avec Paris (TGV Atlantique) et avec Rennes (TER Bretagne).

Ensuite, Nantes et son agglomération représentent un territoire d’avenir en raison des nombreux projets urbains qui y sont développés :

  • réaménagement de la gare et développement d’un centre d’affaire européen à proximité (Euronantes),
  • création d’un Centre Hospitalier Universitaire sur l’Île de Nantes,
  • construction de nouveaux quartiers d’habitat : Bottière Chénaie, Bas-Chastenay,
  • déménagement du Marché d’Intérêt National à Rezé (pôle agroalimentaire), etc.

Par ailleurs, la région nantaise regorge d’opportunités professionnelles dans les secteurs que sont l’agroalimentaire (Biscuiterie Nantaise, usine Lu, vignoble d’appellation, etc) l’agriculture, la production bovine et céréalière, la filière bois et matériaux, l’industrie aéronautique et navale ou encore le tertiaire. Pour la seule année 2014, ce sont près de 2.000 entreprises qui ont vu le jour dans la capitale régionale, selon les données enregistrées au registre du commerce et des sociétés.

Enfin, Nantes est connue pour les nombreux événements culturels et sportifs qui s’y déroulent :

  • la Folle Journée à la Cité des congrès de Nantes,
  • les Rendez-vous de l’Erdre, quai Ceineray,
  • le Festival Aux heures d’été,
  • les Floralies internationales, au parc des expositions de la Beaujoire,
  • le festival régionale Voisinages,
  • le festival des 3 Continents,
  • le Utopiales,
  • Sportez bien les filles,
  • Bouge ton été,
  • etc

Tous ces éléments concourent à faire de la ville de Nantes un lieu rentable d’investissement immobilier.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !