jeudi 15 nov 2018

Réunion des pays de l’OMC, sans Trump

Réunion des pays de l’OMC, sans Trump

Jeudi dernier, les pays de l’OMC se sont réunis à Ottawa pour planifier la réforme d’un organe commercial. Cependant, la réunion s’est déroulée sans Donald Trump.

En effet, ni les États-Unis ni la Chine, n’ont été présents à la journée de réunion dans la capitale nationale sur l’avenir de l’arbitre commercial mondial.

Des réformes insaisissables

Jim Carr

Jim Carr

Selon le ministre canadien du Commerce international, Jim Carr, aucun pays n’est à l’origine des problèmes de l’Organisation mondiale du commerce, ni ne le résout.

Carr a déclaré que les problèmes du système commercial international n’étaient pas nouveaux et n’ont pas été créés par un seul membre de l’OMC. Mais il a également ajouté qu’un seul membre ne résoudrait pas ces problèmes non plus.

« Il ne peut y avoir de réforme significative de l’OMC sans les Américains et les Chinois ».

L’OMC est aujourd’hui âgée de 23 ans et les réformes lui ont été en grande partie insaisissables. Mais la rhétorique hostile du président américain Donald Trump à l’organisation, dont le pays n’a pas été invité à la réunion de jeudi, confère à la réunion une urgence accrue.

Les discussions à huis clos avec 13 des 164 membres de l’OMC ont pour objectif de préserver et de renforcer le système de règlement des différends, d’améliorer l’efficacité et l’efficience de la fonction de surveillance de l’OMC et de moderniser les règles commerciales pour le XXIe siècle.

« America First »

America First

Le bureau du Premier ministre Justin Trudeau dit avoir évoqué la question des règles commerciales lors d’un appel téléphonique jeudi matin avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Trudeau a de nouveau évoqué la question lors d’une réunion avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte sur la colline du Parlement, parlant de son soutien à l’OMC et d’un système commercial fondé sur des règles et équitable.

Trump aurait bouleversé l’ordre commercial mondial avec sa politique « America First » et son penchant pour des droits de douane punitifs sur les importations. Or, des prélèvements sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Canada et du Mexique y sont également compris.

Malgré l’Accord États-Unis-Mexique-Canada, les droits de douane, imposés pour des raisons de sécurité nationale, sont restés en place. Pourtant, l’accord a été fait entre partenaires nord-américains pour un nouveau pacte commercial continental.

Des documents supplémentaires sur les dépenses ont été rendus publics, mercredi dernier. Ceux-ci montraient une demande des libéraux qui s’adressait au Parlement. Ils auraient demandé d’approuver de nouvelles dépenses afin d’empêcher l’acier et l’aluminium étrangers à prix injustifiés d’entrer au Canada, et finalement sur le marché américain. Ces dépenses seraient estimées à 3,5 millions de dollars.
Les dépenses font partie des efforts continus des fonctionnaires fédéraux pour convaincre Trump que le Canada empêche les produits chinois, en particulier, de parvenir aux États-Unis.

Un consensus de cause commune

consensus de cause commune

Les conservateurs affirment que l’incapacité persistante des libéraux Trudeau à faire en sorte que Trump supprime les prélèvements oblige les entreprises à réduire leurs commandes et les autres à licencier des travailleurs.

« Plus ces tarifs resteront longtemps, plus ils feront de dégâts. Le gouvernement libéral a laissé un fil pour les entreprises canadiennes de l’acier et de l’aluminium », a déclaré le porte-parole du gouvernement conservateur Dean Allison.

Les États-Unis ont ouvertement bloqué la nomination de nouveaux juges au mécanisme de règlement des différends de l’OMC, appelé organe de recours. Cela constitue une tactique qui menace de paralyser l’organisation et de l’empêcher de prendre des décisions.

Une réforme de l’OMC garantirait qu’un organe indépendant « fondé sur un consensus et une cause commune » puisse régler les différends commerciaux, a déclaré Carr au début de la réunion.

« Nous sommes un pays relativement petit et nos principaux partenaires commerciaux sont grands. Les règles importent parce que nous méritons tous, les protections qu’ils nous offrent et la possibilité qu’ils créent pour le plus petit exportateur pour la première fois dans le coin le plus reculé du monde, afin de concurrencer et de réussir », a-t-il déclaré.

Il a également ajouté : « Pour que ce type de relation fonctionne, nous devons croire que les règles du commerce fonctionnent pour nous tous et notre peuple doit le voir aussi ».

Cet article vous a été utile ? Partagez-le !